Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Community Manager: le blog

Les plateformes collaboratives politiques

18 Février 2010, 12:00pm

Publié par the Community Manager

Stanislas HANNOUN, Community manager et chargé des Relations Publiques de la Netscouade: agence Internet créateur de La Coopol et de Tweest.
Les objectifs des plateformes collaborative la Coopol et les Créateurs de possible ne sont pas les même. Les Créateurs des possibles se rapprochent plus de ce qui avait été fait par Ségolène Royal en 2007: c'est une plateforme citoyenne ouvert à tous, même si c'est surtout les adhérents de l'UMP qui sont dessus, pour discuter des sujets plus larges que des sujets militants ou politiques et pour recueillir des idées. Ils le vendent comme pour discuter des sujets locaux et nationaux: les gens sont des créateurs des possibles potentiels qui apportent leurs contributions. Alors que la Coopol est complètement différent, dans la même veine que barackomaba.com. C'est un outil, en plus d'une plateforme de discussion, pour les militants: comment localiser les endroits où les gens doivent tracter ? C'est un outil de campagne. Il ya un aspect de réseau initial qu'il n'y a pas dans les Créateurs de possibles: la Coopol a des outils/interactions très proches de Facebook, on peut faire des groupes. C'est un peu le buzz sur l'action.
On peut dire que: le Coopol, c'est l'action; les Créateurs des possibles, c'est la réflexion. Les 2 sont des réseaux sociaux qui font appel à des communautés qui existaient au préalable et qui se réunissait dans les sections locales. Ils permettent de les réunir sur le Web et de les fédérer. Je vous conseille à ce sujet le blog de Emery DOLIGE et l'emission buzzometre.
Le choix de faire un réseau social en politique n'est pas pour faire plaisir aux jeunes car cela a évolué: sur Facebook, il n'y a pas que des jeunes. Les électeurs du PS ne sont pans que des jeunes. Le réseau social est plus un moyen qu'une fin, très pratique en terme de fonctionnalités. Dans les 2 cas, la plateforme est pour les citoyens, car les réseaux sociaux sont entrés dans les mœurs. On est dans une évolution sociale naturelle: en 2007, le site Désirs d'avenir a défriché la relation entre la politique et le web. Le web est dans la vie quotidienne, du coup la politique peut de moins en moins se passer d'Internet. Le réseau social pour la politique est complémentaire des autres média et outils existants.

Commenter cet article